Questions aux conservateurs et sympathisants LMPT tentés par François Fillon.

Ce texte à été rédigé à destination des sympathisants LMPT, tentés par le vote Fillon.
Nous vous invitons à le lire attentivement, puis de le diffuser largement dans votre cercle de connaissances et relations, qui seraient concernés.

FN Benelux

 

 

Certains électeurs conservateurs sont convaincus qu’un seul candidat aux présidentielles est capable de faire barrage à François Macron ou Emmanuel Hollande. Ce candidat serait François Fillon. Ils expliquent qu’il est victime d’un acharnement judiciaire de la part du système et des media. Mais qu’il va l’emporter malgré tout. Et qu’il va redresser la situation. Et ainsi, sauver la France et les Français. Ont-ils raison ?

Oui, sur le fait que François Fillon est sans doute victime d’une persécution du système. Oui certainement sur le fait que Macron serait une catastrophe de plus pour la France. Car, entre autres, il ne remet en rien en cause la nuisance de l’Union européenne pour l’intérêt national. Mais pour le reste ? De graves interrogations quant au sérieux des programmes politique, économique, à sa fiabilité.

François Fillon a-t-il pris la mesure des enjeux ?

La France est confrontée à un défi immense. Le plus radical. Celui de sa survie. Notre identité est menacée. Oui, la France peut disparaître. Si l’on veut que la France survive, et elle le doit, deux mesures sont indispensables. Une pause migratoire de longue durée. Et un très gros effort pour assimiler au plus vite des populations qui n’ont de française que la carte d’identité. Sur ces deux points on peut être inquiet. Quand il était Chef du Gouvernement, le nombre d’immigrés a fortement augmenté année après année et il n’a pas profité de son pouvoir de chef de l’exécutif pour travailler à reconstruire l’unité nationale par une politique hardie d’intégration. A-t-il relancé et étendu l’Établissement Public d’insertion de la Défense (EPIDe), conçu et créé par le Général Didier Tauzin, qui avait permis à des milliers de jeunes des « quartiers » de s’intégrer ? Non. A-t-il donné à des associations comme le Rocher qui œuvrent avec efficacité dans des territoires que l’on dit abandonnés de la « République » ? Non. Au contraire il vient de prendre une mesure étonnante contre Xavier Lemoine, le maire de Montfermeil, la personne peut-être la plus qualifiée de son entourage sur cette problématique vitale. Alors que Xavier Lemoine, du PCD, n’a jamais cessé de soutenir François Fillon, même au plus fort de la tempête, on vient de lui mettre dans les pattes un UDI sur sa circonscription !

Aujourd’hui pour redresser notre pays, il est aussi urgent de restaurer la liberté d’expression et donc de penser. « ….. je sanctuariserais la liberté d’expression, aucune loi ne pourra la restreindre. Comme Marc Bloch en 1940, je considère en effet que la survie de la nation dépend de la liberté de penser et de jugement……….depuis un certain nombre d’années des lois sont venues restreindre cette liberté d’expression, qui est certes inscrite dans notre constitution mais que la loi est venue régulièrement restreindre et, dernière tentative en date, pour la restreindre encore d’avantage, la loi égalité et citoyenneté, qui souhaitait diminuer les libertés et les droits des journalistes. J’estime pour ma part que ce sont des régressions démocratiques qui nous poussent, nous, dans le monde intellectuel et politique à nous autocensurer en permanence et à taire un certain nombre de vérités qui auraient été très utiles au débat pour faire en sorte que nous traitions des sujets qui sont extrêmement importants pour notre société. ………Si aujourd’hui Alexis de Tocqueville devait publier ses notes sur le Coran, il ne le pourrait pas. Albert Camus disait que « mal nommer les choses ajoute au malheur du monde ». Ce combat indispensable de la courageuse Malika Sorel-Sutter, sera-t-il repris par François Fillon ? Malheureusement on a toutes les raisons de craindre que non.

La sécurité.

François Fillon raille l’amateurisme de Macron en matière de défense. Il a raison. Proposer d’instaurer un service militaire d’un mois, cela donnerait à rire si la question n’était pas si grave. Car c’est de notre sécurité dont il s’agit. Mais François Fillon est mal placé pour intervenir dans ce débat. Quand il était premier ministre, il a procédé à la suppression de 8 000 postes de policiers et gendarmes. Et il a continué à réduire le format de notre armée ! Sur la question de la sécurité, François Fillon est-il fiable ?

Économie.

Beaucoup sont convaincus que François Fillon va redresser notre économie. Or jamais, il n’a dit qu’il remettrait en cause la raison essentielle de notre dette abyssale. Jamais il n’a dit qu’il reviendrait sur la loi du 3 janvier 1973, la loi Pompidou-Giscard qui retire à la Banque de France le pouvoir de créer la monnaie pour le confier aux banques commerciales, dites banques de second rang. Sans la loi de 73 notre dette, serait dérisoire. Son poids serait supportable. Comment être crédible si on ne s’attaque pas au premier problème de notre économie ? Soit c’est de l’incompétence, soit c’est obéir au système. Ou les deux.

La question du chômage. A partir de 1974 on constate pour la France une croissance massive du chômage, une réduction drastique des effectifs de l’industrie et une réduction très marquée de la croissance. De 1950 à 1974, pendant vingt-quatre ans le taux de chômage au sens du BIT est resté constamment inférieur à 3 %. De 1975 à 2005, pendant les trente années suivantes, il s’est progressivement élevé pour atteindre 12,5 % en 1997 et 10 % en 2005. Alors que de 1955 à 1974 les effectifs dans l’industrie s’étaient accrus d’environ 50.000 par an, ils ont décru de 1974 à 2005 d’environ 50.000 par an. Les effectifs de l’industrie ont atteint leur maximum d’environ 6 millions en 1974. De 1950 à 1974 le taux de croissance moyen du PIB réel par habitant a été de 4 %. De
1974 à 2000 le taux moyen de croissance a été de 1,6 % avec une baisse de 2,4 %, soit une diminution de 60 %. La cause habituellement avancée pour expliquer ce changement de paradigme, est la crise générée par le choc pétrolier de 1973. Grave erreur. Pour Maurice Allais, prix Nobel d’économie, «En fait, une seule cause peut et doit être considérée comme le facteur majeur et déterminant des différences constatées entre les deux périodes 1950-1974 et 1974-2005 : la politique à partir de 1974 de libéralisation mondialiste des échanges extérieurs du GATT et de l’Organisation de Bruxelles et de la libéralisation des mouvements de capitaux dont les effets ont été aggravés par la dislocation du système monétaire international et l’instauration généralisée du système des taux de change flottants. Incontestablement l’évolution très différente de l’économie française à partir de 1974 résulte de la disparition progressive de toute protection du Marché Communautaire Européen, de l’instauration continue d’un libre-échange mondialiste, de la délocalisation des activités industrielles, et de la délocalisation des investissements financiers. » De ce constat, M. Allais tire plusieurs conclusions, toutes importantes, dont celle-ci : « Il est nécessaire de réviser sans délai les Traités fondateurs de l’Union Européenne, tout particulièrement quant à l’instauration indispensable d’une préférence communautaire. » Pourquoi François Fillon ne peut-il pas s’attaquer à la cause du chômage ? Notamment parce qu’une des personnes les plus influentes de son équipe est M. de Castries, Président du Groupe Bilderberg, un des groupes les plus influents pour imposer partout dans le monde cette politique mondialiste, favorable aux multinationales mais qui nous détruit. François Fillon est-il libre ? Lui qui a dit à Philippe de Villiers : « Les Bilderberg, c’est eux qui nous gouvernent »

Défense de l’épargne des Français

Si il y a quelques années les placements en assurance vie, choyés par les Français, rapportaient, 4-5%, aujourd’hui les rendements nets ne dépassent pas toujours les 1% ! Bientôt ce sera 0 et même en dessous, du fait de la politique de la BCE de taux d’intérêts négatifs. Non, mais allo quoi ! Des taux d’intérêts négatifs ! Et c’est à ces gens-là qu’il faudrait confier le fruit de notre travail et de nos économies ?

La nature morale de l’homme.

L’homme est un être moral. Il est doué d’une raison. Il supporte les conséquences des choix qu’il pose. Il n’y a pas de déterminisme comme pour les autres espèces animales. Mais s’il est doué de liberté, il n’est pas libre de s’affranchir de la loi naturelle. Ainsi, il peut décider de semer du blé ou du maïs. Mais il n’est pas libre de semer son blé au mois de janvier ou février. Il peut choisir de se marier. Ou pas. Mais il n’est pas libre par exemple de « fabriquer » un enfant, de le faire porter, et ensuite de l’acheter. Les techniques scientifiques rendent la chose possible. Mais la loi naturelle l’interdit. Loi qui est attaquée depuis de nombreuses années, de toute part. Attaques contre la famille, attaques contre le vivant, attaques contre la personnalité humaine. François Fillon a-t-il réagi ? Comment oublier que c’est Luc Chatel, son ministre, qui le premier a fait rentrer l’idéologie du genre dans l’enseignement national ? Comment oublier, qu’il avait choisi et nommer comme ministre de la culture, Frédéric Mitterrand, qui avait affirmé sans aucune gêne sur un plateau de TV que « les garçons au-dessus de 14 ans, c’est dégueulasse. » Frédéric Mitterrand l’auteur de « La mauvaise vie » où il raconte sa consommation de jeunes garçons. Comment faire confiance demain à un homme qui a pu s’entourer ainsi ?

La posture gaulliste.

François Fillon aime bien faire référence au général De Gaulle. Au fond, quelles valeurs restent attachées à sa personne et à son action ? La notion de service, de défense du bien commun, d’indépendance de la nation. Ça ne coûte pas cher d’avoir sur sa cheminée une photo de lui, avec pour faire bonne mesure, celle de Philippe Seguin. Alors que de Gaulle a quitté le commandement intégré de l’OTAN. Et que le gouvernement de François Fillon l’a réintégré. Que l’Europe que de Gaulle voulait était en tout différente de celle que soutient François Fillon. Lequel a participé au viol du choix des Français qui pour le référendum français sur le traité établissant une constitution pour l’Europe avait voté à près de 55% « contre » en mai 2005. Référence à de Gaulle bien mal venue aussi quand on se souvient que, dans un autre registre, Mme de Gaulle payait sur ses deniers personnels, ce qu’elle estimait être la consommation d’électricité de sa famille au Palais de l’Élysée.

François Fillon est-il fiable ?

Aujourd’hui François Fillon demande aux Français de lui faire confiance, pour qu’il puisse redresser notre pays. Peut-on le considérer comme fiable ? Observons d’abord qu’il est capable en peu de temps de revenir sur des engagements importants. Par exemple pour son projet pour la sécurité sociale changé après les primaires. De même il avait dit et répété que s’il était mis en examen il retirerait sa candidature.

Par ailleurs il se présente comme un homme libre et indépendant, c’est pour cela que tout le monde l’attaque. Position victimaire qu’il présente depuis pratiquement le début de sa campagne des primaires. Est-il aussi libre qu’il le dit ? Quand on lui a demandé si Charles Millon faisait partie de son équipe de campagne, il a assuré que non. Pourquoi mentir ? Un peu dans le même registre, Xavier Lemoine, le courageux maire de Montfermeil, n’a jamais flanché dans son soutien même au plus fort de la tempête. Quels remerciements a-t-il reçu ? LR lui ont mis dans les pattes un candidat UDI pour les législatives. D’où sa remarque : « C’est l’électorat conservateur qui l’a porté lors des primaires. C’est l’électorat conservateur qui lui a sauvé la mise à la manifestation du Trocadéro. François Fillon le trahirait de manière éhontée ? ». Et oui, pour faire remonter l’UDI dans son bateau, François Fillon lui a donné 92 circonscriptions, ainsi que 42 « primaires », où les candidats LR et UDI seront en concurrence lors du premier tour des législatives. Jean-Christophe Lagarde le Président de l’UDI est-il en phase sur les questions dites de société ? Non. Par exemple il s’affiche résolument libéral libertaire, partisan du mariage homosexuel comme de la légalisation du cannabis. En donnant toutes ces circonscriptions à l’UDI, François Fillon construit-il la majorité qui pourrait voter les réformes que les membres de La Manif pour tous attendent de lui ? Cet électorat conservateur peut-il faire confiance à François Fillon ?
Les propos tenus sur RTL le 30 mars ne le laissent pas penser. Son cœur semble aller curieusement plutôt vers Valls, lui qui a la responsabilité de la répression contre les militants pacifiques de la Manif pour Tous. Il ne connait pas Millon mais il partage les idées de Valls ?
Le côté bourgeois de François Fillon.

Certes, François Fillon possède un air rassurant. Son calme, son côté BCBG. Et même, très BCBG. Il faut reconnaître qu’il y met le prix. Ou au moins ses amis pour lui. Ce côté TBCBG apaise le bourgeois, inquiet à juste titre de l’évolution des choses. Mais une caractéristique de l’esprit bourgeois n’est-ce pas de respecter une certaine mesure ? Peut-on dire que François Fillon possède ce sens de la mesure ? Que nous avons hérité des Grecs. Et ça, c’est l’Europe que nous aimons. Et c’est en puisant dans ces racines là que nous sauverons la France.

Fillon : « on peut travailler avec Manuel Valls », en direct sur RTL
Transcription du passage concerné  de l’interview de Fillon sur RTL le 30 mars 2017, à 59 minutes :

Question RTL d’Elizabeth Martichou: « Saisissez-Vous la main tendue de Manuel Valls ?
Réponse François Fillon: « J’ai toujours entretenu un dialogue constructif avec Manuel Valls ».
Question RTL – E. Martichou: Pourriez-vous gouverner avec Manuel Valls?
Réponse François Fillon: « Je pense que tous les républicains qui sont soucieux du redressement du pays, compte-tenu de la crise qu’on traverse (…) Je pense que le pays est dans une situation très grave et tous ceux qui ont le courage de vouloir le redresser doivent pouvoir parler ensemble».
Question RTL- E. Martichou: « Vous pourriez travailler avec Emmanuel Macron ? »
Réponse François Fillon: « On peut… Surtout que pendant très longtemps on avait les mêmes idées sur les même sujets, n’est-ce pas ? »
Commentaire RTL- E. Martichou: « Et vous dites aujourd’hui que c’est possible! »

Les « lois liberticides » ou « lois mémorielles »
La loi Pleven, du 1er juillet 1972, sous la présidence de Georges Pompidou et de son premier ministre Jacques Chaban-Delmas, vise à punir toute incitation à la haine raciale, discrimination ou violence en France.

La loi Gayssot du 13 juillet 1990, qui vise à punir tout acte raciste, antisémite ou xénophobe, votée sous la présidence de François Mitterrand et de son premier ministre Michel Rocard.

La loi Taubira du 21 mai 2001, sous la présidence de Jacques Chirac et de son premier ministre Lionel Jospin, qui établit la reconnaissance de la traite et de l’esclavage comme crime contre l’humanité.

La loi Perben du 15 décembre 2004, sous la présidence de Jacques Chirac et de son premier ministre Jean-Pierre Raffarin, ayant pour but de réprimander les propos homophobes et sexistes.

1 Trackback / Pingback

  1. Le véritable extrémisme n’est pas là où on le croit • Le blog de Bruno Gollnisch

Leave a Reply